Positive Black Soul fête ses vingt ans

Par Jeune Afrique

© DR

20 ans tout juste que Positive Black Soul est né. A cette occasion, Didier Awadi et Doug E Tee, les deux rappeurs du groupe, donnent un spectacle ce vendredi à Dakar.

Dakar, 11 août 1989. Didier Awadi, déjà vedette à l’école et dans son quartier (Amitié 2) fête ses vingt ans. Le jeune bachelier, reconnu aujourd’hui comme étant un pionnier du rap sur le continent africain, est entouré de ses potes et de son … rival Amadou Barry, le leader des King MC’s venant de Liberté 6, un autre coin de Dakar où Grand master flash and the furious five et Sugar Hill Gang ont déjà séduit.

L’heure n’est pas à l’affrontement. Bien au contraire. Awadi, qui dirige les Syndicate, tend la main à celui que l’on connaîtra plus tard sous le nom de Doug E Tee. Par une chaude nuit d’hivernage, ils décident d’unir leur destin… musical. Les nouveaux « frères » créent Positive Black Soul que l’on appelle PBS (prononcer "pi bi esse").

Trois ans plus tard, ils sortent leur premier opus : Boul Falé (Ne t’en occupe pas, en wolof). Ce terme deviendra le slogan de toute une génération. Boul Falé signifiant pour Awadi et Doug E Tee : « Ne t’occupe pas des détails. Pense à l’essentiel et à ce que tu peux faire pour l’avenir de ton pays et pour la jeunesse ».

La carrière internationale du PBS débute en 1994 après des rencontres avec le rappeur franco-tchadien MC Solaar, puis avec le chanteur sénégalais Baba Maal qui présente le duo à Chris Blackwell, le très célèbre fondateur d’Island Records (maison disque de Bob Marley). C’est le début d’une nouvelle aventure qui mènera les artistes sur les scènes des plus grands festivals du monde…

En 2001, PBS se sépare. Mais, rien n’est perdu. Awadi et Doug E Tee n’ont jamais cessé de clamer leur amitié réciproque. Ainsi, ils ne pouvaient laisser passer ce vingtième anniversaire sans se retrouver. Un spectacle qu’ils veulent « mémorable » aura lieu au Cices à Dakar, dans la soirée du vendredi 14 août.

PBS a vingt ans. Le rap africain aussi. Awadi lui en a 40. « Je suis si heureuse et fière de lui », dit aujourd’hui sa mère émue. « Quand il a commencé, je n’étais pas rassurée. Mais, je lui ai dit que mon seul souhait était qu’il excelle quel que soit son choix » ajoute-elle alors que son fiston, devenu grand (et papa), et son alter ego s’apprêtent à remonter sur scène ensemble. Peut-être sera-ce le retour tant attendu du Positive Black Soul ?

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici