Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Pétrole : les frontières de la discorde»

Consulter le sommaire

RD Congo-Angola

Alors que son différend frontalier avec l’Ouganda n’est pas encore résolu, la RD Congo a déposé en mai 2009 une requête auprès des Nations unies pour l’extension de son plateau continental. Le pays, dont l’espace maritime actuel se résume à un triangle qui s’étend sur 40 km au large de sa côte, peut prétendre à un offshore de 4 000 km2 (200 km de long sur 20 km de large). Une surface qui couvre la zone pétrolière où l’Angola puise 500 000 b/j. L’objectif de cette démarche, à laquelle s’oppose Luanda, est de prendre possession d’une partie des gisements de pétrole de deux blocs offshore exploités par des multinationales pour le compte de l’Angola (Esso, ENI, Statoil…). Les réserves y sont estimées à 4,3 milliards de barils. De quoi susciter la convoitise de Kinshasa, dont l’ensemble de la production actuelle ne dépasse pas les 20 000 b/j.

En attendant le verdict de la justice internationale, les deux pays ont identifié une zone d’intérêt commun (ZIC) au terme d’un accord ratifié en 2008 et qui prévoit le partage à égalité de l’exploitation et des revenus par les sociétés nationales respectives, Cohydro et Sonangol, associées à des privées. Longue de 375 km et large de 10 km, cette ZIC située en territoire angolais, entre les provinces de Cabinda et de Soyo, comporte deux parties. L’une, à l’ouest, se compose de deux champs, dont celui de Ngage, qui fait l’objet d’un contrat de partage de production (CPP). Pour la partie est, non encore exploitée, l’Angola a proposé à la RD Congo des contrats de services à risques et promis un appui budgétaire de 600 millions de dollars. Mais pour l’heure, l’accord n’est pas exécuté, la constitution d’une commission technique mixte tarde à se mettre en place, et les modalités de partenariat pour l’exploration et l’exploitation restent à clarifier.

Lire les autres articles du dossier

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique