Archives

Cheikna Kagnassi

PDG de L’Aiglon

C’est l’histoire d’une success story qui a mal tourné. En 1998, le Malien Cheikna Kagnassi, négociant en produits agricoles et patron du groupe L’Aiglon, revendique un ­chiffre d’affaires de 500 millions de dollars. Sucre, riz, café, cacao… peu de filières lui échappent. Mais c’est sur le coton que ce ­commerçant sarakolé alors âgé de 66 ans mise pour développer ses activités.

Après avoir placé ses pions dans le négoce du coton au Bénin et au Togo, Kagnassi va se lancer dans la conquête de la filière ivoirienne. Profitant de la privatisation de la Compagnie ivoirienne pour le développement du textile (CIDT), il s’associe au français Bolloré et crée La Compagnie cotonnière ivoirienne (LCCI), active dans le nord-ouest du pays. Sept ans plus tard, LCCI est au bord de la faillite. Les travailleurs se mettent en grève pour réclamer leurs arriérés de salaires, bloquant les quatre usines du groupe. Certes, la partition du pays en 2002 a bouleversé la donne. Mais les dettes contractées par LCCI ont plombé les comptes. Le passif est estimé à 80 milliards de F CFA (123 millions d’euros). Et les méthodes de gestion peu orthodoxes du boss, son fils Sidi Mohamed Kagnassi, semblent avoir précipité cette chute.

Placée en liquidation, LCCI a été reprise en mai 2008 par le géant de l’agroalimentaire Olam pour 8 milliards de F CFA. Mais les mésaventures de la filière coton ont coûté plus cher qu’il n’y paraît. Le surendettement de LCCI a mis en péril le holding ivoirien (Calao) de Kagnassi et ses autres sociétés dans le pays : Karité SA, Trituraf (huile de coton), Palm Afrique (huile de palme) et même la Versus Bank, pour laquelle l’État a nommé un administrateur provisoire. Du temps de sa splendeur, L’Aiglon comptait plus de 2 500 salariés en Côte d’Ivoire, pour un chiffre d’affaires de plus de 200 millions de dollars. Ses déboires financiers se sont aussi répercutés sur la maison mère. En Suisse, le tribunal de commerce de Fribourg a prononcé la liquidation de L’Aiglon Holding SA, le 22 août 2007.

Fermer

Je me connecte