Fermer

La SFI au capital de l’Onatel


Par Jeune Afrique

©

Poursuivant son désengagement de l’Onatel, entamé en 2006 par la cession de 51 % du capital à Maroc Télécom, le Burkina a mis en vente 20 % de ses actions. L’opération intéresse la Société financière internationale (SFI), filiale d’investissement de la Banque mondiale, qui se déclare intéressée par 5 % du capital. La SFI a déjà accordé en 2008 un prêt de 7,5 millions d’euros à l’opérateur de télécoms. L’offre publique de vente court jusqu’au 31 janvier. Fin septembre 2008, l’Onatel présentait un chiffre d’affaires de 96,6 millions d’euros, en hausse de 8,4 % en un an. Son parc atteignait 877 000 clients dans la téléphonie mobile, en progression de 91 %, 138 000 lignes fixes (+ 24 %) et 16 000 accès à Internet (+ 60 %).

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici