Fermer

Guitariste et plus encore…

Écrit par Patrick Labesse

©

L’accompagnateur de Salif Keita sort Dabola. Un album aux couleurs latinos qui ne manque pas de fraîcheur.

Salif Keita peut se réjouir d’avoir à ses côtés depuis des années ce talent sûr de la guitare. Accompagnateur idéal pour la voix d’or du Mali, Ousmane Kouyaté confirme un réel savoir-faire à la composition et au chant avec son quatrième album, Dabola.

La collaboration des deux artistes ne date pas d’hier. Déjà, à l’époque des Ambassadeurs, Ousmane Kouyaté enregistrait aux côtés de Salif Keita « Mandjou », un morceau d’anthologie controversé de la musique mandingue (il était dédié au président Sékou Touré). Son compatriote Kanté Manfila y tenait la guitare lead.

Mais, pour Kouyaté, installé à Paris depuis 1985, Dabola résonne comme une réaffirmation de son attachement à sa terre d’origine, la â¨Guinée-Conakry, où il est né, en 1950. Un titre du nom de la ville de ses premières années, où il a pris conscience que sa vie ne pouvait pas aller autrement qu’à travers la musique.

Éclairé de quelques humeurs rythmiques latinos, Dabola, avec ses couleurs acoustiques mandingues, révèle une fraîcheur agréable et ne manque pas d’arguments pour séduire. Ousmane Kouyaté y enfile les hommages à la Guinée, à Dieu, aux griots, à ses parents et à ceux qui l’ont mis sur le chemin de la musique. Il vante les vertus de la belle amitié, stigmatise le matérialisme et la jalousie. Une manière de prôner la sagesse pour le musicien qui cite volontiers un proverbe formateur : « Si tu sautes pour attraper une feuille afin de t’en servir pour recueillir de l’eau, tu ne boiras peut-être pas grand-chose, car ta feuille, placée trop haut, va se déchirer. Mieux vaut cueillir celle à ta portée. »

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici