Fermer

Mille et une voix

Écrit par Séverine Kodjo-Grandvaux

©

C’est à un « voyage sonore et musical » auquel nous convie le Marocain Khalid K. Une ballade chatoyante au gré des mille et une onomatopées de ce magicien de 43 ans. Homme-orchestre à partir de ses seules cordes vocales, Khalid K dispose en tout et pour tout d’un micro et de samplers qui lui permettent d’enregistrer un à un les sons qu’il produit et de les rediffuser en les superposant. Il parvient ainsi à créer des univers hauts en couleur. Des alpages aux montagnes tibétaines, en passant par la savane sahélienne et les discothèques russes, le natif de Casablanca se fait vache ou hibou, vent ou vague… Malgré un début un peu poussif, le spectacle parvient à trouver son rythme.

Jamais dans l’excès, Khalid K a un jeu intelligent. Bruitant une voiture, puis deux, puis trois, quelques coups de klaxon, un bus et un avion vrombissant… Le tout dans une cacophonie qui peu à peu se mue en hip-hop. Et Khalid K, transformé en human beatbox, d’illustrer ainsi la naissance des musiques urbaines. Entre chant et mime, il peuple ses mondes de personnages issus des cinq continents. Toujours avec poésie et humour. Petits et grands se plairont à plonger en plein western avec un chef indien tournant en ridicule un cow-boy survolté. Ou à rêver autour d’un feu de camp en compagnie d’un griot mandingue. Bon voyage !

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici