Fermer

Al-Qaïda: Al-Yazid « ressuscite » et menace

Écrit par A. R.

©

On le croyait passé de vie à trépas, foudroyé par un missile tiré par un drone américain, en août 2008, dans la région tribale de Bajaur, près de la frontière pakistano-afghane. S’il faut en croire une vidéo de vingt minutes adressée le 10 février à la BBC, l’Égyptien Moustapha Abou al-Yazid a ressuscité d’entre les morts. Le chef présumé des opérations militaires en Afghanistan – et probable numéro trois d’Al-Qaïda – y confirme ce qu’il a déjà revendiqué mais qu’un de ses « collègues » a ultérieurement démenti : en décembre 2007, la nébuleuse djihadiste a bel et bien assassiné l’ancienne Première ministre pakistanaise Benazir Bhutto.

Impliqué dans diverses opérations au Pakistan, notamment contre l’ambassade danoise à Islamabad, lors de l’affaire des caricatures du Prophète, Al-Yazid dénonce l’interdiction de plusieurs groupes islamistes armés après les attentats de Bombay (en décembre dernier) et appelle au renversement du président Asif Ali Zardari.

Mais l’Inde est également dans son collimateur : « Si elle attaque le Pakistan, menace le chef djihadiste, elle doit savoir que le prix à payer sera lourd. » Ses armées seront « taillées en pièces, comme le fut l’armée soviétique en Afghanistan ». Quant à ses centres économiques, ils seront « pris pour cible et détruits ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici