Piraterie : le Nigeria devant la Somalie

Un pirate dans le golfe de Guinée. La piraterie augmenterait chaque année de 14 milliards d'euros le coût du transport maritime dans le monde. © AFP

Selon le Bureau maritime international (BMI), les actes de piraterie sont en forte baisse dans le monde. En Afrique, le nombre d'attaques est passé de 64 au premier trimestre 2012 à 23 en 2013. Principale nouveauté de ce dernier rapport, le golfe de Guinée dépasse pour la première fois la Corne de l'Afrique avec 15 attaques recensées.

Selon les chiffres publiés le 15 avril par le Bureau maritime international (BMI), les actes de piraterie sont en forte baisse dans le monde, avec 66 cas répertoriés durant le premier trimestre 2013, contre 102 un an plus tôt. Le BMI précise dans son rapport que « 4 navires ont été détournés, 51 ont été arraisonnés, 7 ont essuyé des tirs d’armes à feu et 4 ont fait l’objet de tentatives d’attaques ». Au cours de ces attaques, 75 membres d’équipages ont été pris en otages, 14 ont été kidnappés et 1 a été tué. En Afrique, le nombre d’attaques a également fortement chuté depuis le début de l’année, passant de 64 à 23, mais le continent reste l’un des principaux théâtres d’action des pirates, seulement dépassé par l’Asie du Sud-Est qui enregistre 28 actes en 2013.

Lire aussi :

La facture salée de la piraterie
Côte d’Ivoire : le pétrolier français libéré
Togo : des pirates s’emparent d’un pétrolier grec

Le Golfe de Guinée devant la Corne de l’Afrique

Principale nouveauté de ce dernier rapport, le golfe de Guinée dépasse pour la première fois la Corne de l’Afrique avec 15 attaques recensées, dans la foulée du Nigeria, nouveau champion continental avec 11 incidents pendant que dans le même temps la Somalie n’en a connu que trois, contre 28 l’an passé à la même époque. Selon le BMI, « les patrouilles menées par les marines américaines et européennes, ainsi que les mesures de sécurité prises à bord par les armateurs contribuent largement à cette amélioration ». L’organisation recommande néanmoins de ne surtout pas baisser la garde, s’inquiétant de la recrudescence déjà notée en 2012, des actes de piraterie le long de la côte ouest-africaine. En plus du Nigeria, trois autres attaques ont également été signalées en Côte d’Ivoire, dont le détournement de deux tankers.

D’après une étude publiée par la Banque mondiale fin mars, la piraterie augmenterait chaque année de 14 milliards d’euros le coût du transport maritime dans le monde.