Fermer

Les mystères de la médina

Écrit par Abdelaziz Barrouhi

Les mystères, miracles et légendes font partie du mythe de Kairouan. Comment, par exemple, a-t-on pu, à l’époque, déterminer la direction de La Mecque pour placer le mihrab, qui indique la qibla vers laquelle les fidèles doivent se tourner pour prier ? La légende soutient que Oqba Ibn Nafaa, pour construire la Grande Mosquée, s’en remit à Dieu pour qu’il le guide. Pendant son sommeil, il entendit une voix lui dire qu’à son lever il devait marcher en direction des voix chantant Allah Akbar (« Dieu est grand ») et que là où elles cesseraient était la direction de la qibla.

Les colonnes de marbre et de porphyre de la salle des prières de la Grande Mosquée font l’objet d’une autre légende, selon laquelle quiconque tenterait de les compter deviendrait aveugle. Une parabole pour signifier qu’elles sont innombrables, mais, aujourd’hui encore, on dit prudemment qu’elles dépassent les 400 – ce qui n’est pas loin du chiffre exact, qui est de 414.

En plein cœur de la médina, une des principales curiosités est le bir Barrouta, puits dont l’eau est tirée par une noria (roue en bois) actionnée par un chameau, au premier étage d’un bâtiment. Certains historiens datent l’exploitation du bir Barrouta à la fin du IXe siècle, d’autres au XVIIe siècle : le puits aurait été foré par le gouverneur abbasside de l’Ifriqiya, Harthama Ibn el-Ayoun, en 796, et restauré pendant la période mouradite, par le bey Mohamed Ibn Mourad lui-même, en 1690. La légende veut que le bir Barrouta communique avec le bir Zem Zem, puits sacré de La Mecque, et que celui qui boit son eau en repart en meilleure santé.

Tunisiens comme touristes dégustent donc volontiers l’eau de Barrouta et ne manquent pas de donner une pièce à Mustapha, le maître de céans. Et quand on lui demande si son puits communique bien avec Zem Zem, il répond de bonne foi que « si cela existe, cela ne peut être qu’une communication spirituelle », avant d’ajouter que son eau est certifiée potable et riche en magnésium.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici