Fermer

René Sadi

Par Jeune Afrique

61 ans, secrétaire général du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC)

L’animation est désormais grande autour de René Sadi, jusqu’à présent peu connu du grand public, depuis qu’il a pris les commandes du parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Jadis familier de l’ex-président Ahmadou Ahidjo, dont il fut le conseiller diplomatique, il est devenu un intime de Paul Biya. Au point que l’actuel chef de l’État, qui l’emmène systématiquement avec lui lors de ses déplacements à l’étranger, lui a confié, en avril 2007, le secrétariat général du parti, en plus du poste de secrétaire général adjoint de la présidence, occupé depuis 2004. Deux fonctions fort enviées, au cœur du dispositif politico-administratif, qui font de lui l’un des hommes les plus influents du pays. Difficile, dans ces conditions, de mettre fin aux spéculations selon lesquelles il serait le successeur « naturel » de l’actuel occupant du palais d’Etoudi. Cette image généralement flatteuse dont il bénéficie auprès d’une grande partie de l’opinion renforce sa prudence.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro