Fermer

Laurent Esso

Par Jeune Afrique

©

67 ans, ministre d’état, secrétaire général de la Présidence

Réputé honnête et sérieux, il fait partie du cercle restreint des hommes auxquels le président Paul Biya fait confiance. Depuis que ce dernier l’a relevé de son poste de magistrat pour le nommer chancelier de l’université de Yaoundé, le très prudent et très discret Laurent Esso n’a jamais connu de disgrâce. Après avoir été nommé secrétaire général adjoint de la présidence, en 1988, puis directeur du cabinet civil en 1989, il occupera, à partir de 1996, les ministères de la Justice, de la Santé, de la Défense et des Affaires étrangères. En septembre 2006, il devient secrétaire général de la présidence. Autant dire que ce fidèle des fidèles, un Sawa né à Douala, en connaît des secrets ! Mais il sait se taire. Et, en bon commis de l’État, il n’agit jamais sans l’aval du chef.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici