Fermer

Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Les 50 qui font le Cameroun»

Consulter le sommaire

Protais Ayangma Amang

Par Jeune Afrique

58 ans, directeur général de Colina La Citoyenne et actionnaire du journal Mutations

Candidat malheureux, en mars dernier, à la présidence du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), Protais Ayangma Amang n’aura pas le temps de s’ennuyer. Élu, en février 2008, président de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (Fanaf), le directeur général de Colina La Citoyenne assure aussi la direction Afrique centrale du groupe Colina. Le monde des assurances n’a pas de secret pour lui. Après des études de droit privé à Yaoundé, il rejoint la Société camerounaise d’assurance et de réassurance (Socar, société d’État), dont il gravit presque tous les ­échelons de 1974 à 1979, avant d’entrer chez Soraraf, un cabinet de courtage qu’il quitte en 1985, pour créer la Compagnie nationale d’assurance (CNA). Celle-ci devient La Citoyenne en 2001 et rejoint le groupe Colina en 2005. Mais « Monsieur Assurance » est aussi un homme de presse. Ce père de quatre enfants, installé à Douala, préside le conseil d’administration du groupe South Media Corporation, éditeur du quotidien Mutations, dont il est conseiller éditorial.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro