Fermer

Bernard Njonga

Par Jeune Afrique

54 ans, président de l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (Acdic)

Cet activiste aux sympathies altermondialistes est devenu l’âme de la société civile camerounaise. Son itinéraire de contestataire le conduit inévitablement vers des champs de bataille où l’on pourfend le libéralisme mondialisé. Le pot de terre de la paysannerie camerounaise et africaine est donc parti en croisade contre le pot de fer de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Le directeur de publication du mensuel La Voix du paysan est également devenu le poil à gratter du pouvoir depuis qu’il a dénoncé un détournement de fonds et de matériel agricole au ministère de l’Agriculture. Il vient de comparaître pour trouble à l’ordre public. La décision du juge était attendue pour le 24 avril.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro