Marie-Claire Nnana

Par Jeune Afrique

49 ans, directrice de publication de Cameroon Tribune

Nommée directrice générale de la Société de presse et d’éditions du Cameroun (Sopécam), éditrice du quotidien gouvernemental Cameroon Tribune en 2002, la journaliste diplômée de l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Lille est l’une des rares femmes parvenues à ce niveau de responsabilité. À la tête d’un groupe qui compte une imprimerie, elle entretient des relations contrastées avec ses confrères de la presse privée. Lorsque, dans la nuit du 13 avril 2003, la disquette qui contient l’édition du lendemain du quotidien privé Mutations intitulée « L’après-Biya » est saisie par la gendarmerie dans les ateliers de la Sopécam, elle s’explique : « Nous avons l’obligation de veiller à protéger nos intérêts. »

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici