Fermer

Pius Njawé

Par Jeune Afrique

52 ans, directeur de publication du quotidien Le Messager

Pius Njawé est incontestablement une figure de la liberté d’expression camerounaise qui, en trente-cinq ans de métier, a été arrêté à de nombreuses reprises dans l’exercice de sa profession. C’est d’abord un débrouillard, qui attrape le virus du journalisme à 15 ans, alors qu’il est garçon de course pour un journal de Yaoundé. C’est un entrepreneur, fondateur et patron du quotidien Le Messager, tiré à 7 000 exemplaires, symbole de la presse indépendante camerounaise, qu’il lance en 1979, à 22 ans, avec rien dans les poches et Ahidjo au pouvoir. C’est aussi un militant des libertés et de la démocratie, qui, avec son ami Célestin Monga, adresse une « lettre ouverte » à Paul Biya, en décembre 1990. Depuis lors, l’étiquette d’opposant lui colle à la peau.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro