Fermer

Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Côte d'Ivoire: déclic électoral?»

Consulter le sommaire

Plan d’urgence pour le coton

Dans le nord de la Côte d’Ivoire, principale zone de production du coton, l’or blanc a perdu de son éclat. D’une récolte de 400 000 tonnes de coton-graine en 2001-2002, la production a chuté jusqu’à 163 000 tonnes en 2008-2009, les surfaces cultivables se réduisant dans le même temps de 266 000 à 150 000 hectares. Durement affectée par les effets conjugués de la crise civilo-militaire de 2002 et de la conjoncture internationale, la filière est frappée, de l’avis du ministère de l’Agriculture, par une désorganisation qui a démotivé les producteurs et « traverse une crise sans précédent ».

Pour sauver le secteur de la banqueroute, le gouvernement, avec l’appui de l’Union européenne, a adopté une stratégie globale de relance, dont l’objectif est d’impulser une nouvelle dynamique pour renouer avec la croissance et contribuer à la lutte contre la pauvreté en milieu rural, en augmentant et en sécurisant le revenu des producteurs. Ce plan d’urgence prévoit notamment le financement des intrants aux producteurs pour améliorer la production et l’apurement des dettes afin de consolider le secteur. Un financement global de 10 milliards de F CFA (plus de 15 millions d’euros) a été injecté cette saison dans la filière.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici