Fermer

Plus jamais la dette

Par Jeune Afrique

Abdalla-Kadre Assane, ministre délégué aux Finances, est rentré à Bangui avec un beau cadeau : l’effacement quasi total des dernières dettes dues par son pays aux États membres du Club de Paris. Réunis le 15 septembre au ministère français des Finances, leurs représentants sont convenus d’effacer les 49,2 millions de dollars prévus et se sont engagés à annuler 6,5 autres millions. Ce qui représente 94 % du montant total de la dette (59,3 millions).

Ce geste survient après le satisfecit donné le 19 août par le FMI aux réformes accomplies depuis trois ans et surtout à l’engagement pris par Bangui de ne plus s’endetter de façon inconsidérée.

Les institutions multilatérales ont déjà effacé les trois quarts de leurs créances (660 millions de dollars). Il ne reste plus à Bangui qu’à négocier un « traitement comparable » avec ses autres créanciers. 280 millions de dollars à fin 2008, dont près de la moitié dus à Taïwan. 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro