Fermer

Situation contrastée dans les mines

À la Compagnie des bauxites de Guinée (CBG) de Kamsar, un haut cadre se plaint du faible niveau de production : « Nous tournons à 11,2 millions de tonnes de bauxite, contre 13,5 millions habituellement, notamment en raison du prix peu élevé de l’alumine sur le marché. » Dans le secteur du diamant, où les prix ont chuté de 40 % début 2009, un cadre libano-guinéen précise que les cours ont retrouvé leur niveau de 2008 et que l’activité a repris. Dans le Sud-Est, sur l’immense gisement de fer de Simandou, « nous continuons à forer sur le lot sud », indique Nick Cobban, du groupe Rio Tinto Alcan, en conflit avec le gouvernement guinéen après la réattribution du lot nord à l’israélien BSGR. La révision des contrats miniers place les entreprises dans l’expectative. « Elles font tourner leurs exploitations à un faible régime dans l’attente de ces révisions », observe un cadre de la CBG.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici