Fermer

Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Informatique : l'Afrique, le nouveau filon mondial»

Consulter le sommaire

Roger Adom :« Plus qu’un informaticien, le DSI est un gestionnaire de l’entreprise »

Roger Adom, DG adjoint d'Orange Côte d'Ivoire © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

Récemment nommé DG adjoint d’Orange Côte d’Ivoire, Roger Adom a exercé auparavant pendant quatre ans la fonction de directeur des systèmes d’informations (DSI) au sein du même groupe. Il nous livre sa vision de ce poste devenu stratégique.

Jeune Afrique : Quel est le rôle exact de la Direction des systèmes d’informations (DSI) au sein de votre entreprise ?

Roger Adom : Son rôle est de piloter ses systèmes d’informations, autrement dit l’ensemble des systèmes informatiques qui permettent de gérer à la fois les postes de travail et le système central, appelé Backbone. Les systèmes d’informations sont un dispositif transversal qui régit l’informatique de tous les départements de l’entreprise, des achats aux ventes, en passant par les services administratif, logistique… La mission de la DSI est d’automatiser ainsi les processus de gestion de l’entreprise et de moderniser les outils de travail. Son directeur dirige une équipe de 120 personnes. 

Comment cette fonction a-t-elle évolué ces dernières années ?

L’importance accrue de l’informatique dans le fonctionnement de l’entreprise donne à la DSI un rôle concurrentiel important. Les informations clés de gestion de l’entreprise doivent être disponibles de plus en plus rapidement. C’est d’autant plus crucial pour un opérateur comme Orange Côte d’Ivoire, dont les sites sont très décentralisés. Nous faisons en sorte que les collaborateurs puissent travailler de manière efficace et avoir accès à toutes les données à tout moment, depuis n’importe quel endroit. Notre réseau informatique et nos applications doivent être disponibles 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. 

Quelle place l’entreprise donne-t-elle aujourd’hui au DSI et quelle relation entretient-il avec les autres métiers ?

Le DSI doit être en parfaite adéquation avec la stratégie de l’entreprise. Son service est un support et transversale pour les autres directions. Tout investissement nécessite d’être lié à un besoin d’une direction ou d’un département utilisateur. C’est le meilleur moyen de rentabiliser les investissements dans les systèmes d’informations. Le DSI se doit d’être à l’écoute des autres départements et d’en recenser les besoins, de les analyser et de trouver la solution la plus adéquate en tenant compte des équilibres financiers de l’entreprise. 

Quelle est la principale difficulté du métier de DSI ?

La première difficulté est d’ordre technique. Les systèmes d’informations qui contribuent à la productivité de l’entreprise sont considérés par les utilisateurs comme un dispositif « zéro défaut ». Dès lors qu’il y a un problème ou un bug sur le réseau, le DSI doit intervenir pour rétablir au plus vite le bon fonctionnement du système informatique. Trop souvent, les entreprises misent tout sur les systèmes d’informations en considérant qu’il suffit d’informatiser pour que les problèmes soient résolus. La seconde difficulté est de sortir du vase clos dans lequel les informaticiens sont tentés de fonctionner. Il faut qu’ils se détachent de leur technicité pour travailler en étroite collaboration avec les directions opérationnelles. 

Quel profil est recherché pour recruter un DSI, a-t-il évolué ?

Il a évolué et sera amené à changer davantage. Le DSI n’est plus un simple informaticien-chef de projet accompli. Il doit aussi se comporter comme un gestionnaire d’entreprise en respectant ses équilibres financiers. Établir un budget est désormais une tâche qui lui incombe. Il doit aussi l’exécuter et, surtout, le tenir. Son management est également important. Gérer une équipe de collaborateurs, les former et les faire évoluer relève aussi de sa mission quotidienne. Des compétences de management et de gestionnaire seront de plus en plus requises. Le DSI peut ainsi être amené à avoir une fonction plus importante au sein de la direction générale, comme en témoigne mon parcours. 

Ce qui le positionne à un niveau hiérarchique élevé ?

Le DSI est avant tout membre du comité de direction en charge des systèmes d’informations. Son rôle est donc de participer aux objectifs de l’entreprise en s’appuyant sur son savoir-faire et sur la valeur ajoutée que sa fonction peut apporter à la compétitivité de l’entreprise. Il doit impliquer son équipe dans les enjeux majeurs de celle-ci et surtout la faire adhérer aux besoins et aux objectifs de chacune des entités opérationnelles. L’important, ce n’est pas les contraintes des informaticiens mais les contraintes de l’entreprise. 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici