Dossier

Cet article est issu du dossier «Telecoms : agitation sur toutes les lignes»

Voir tout le sommaire
Archives

Tata, discret et incontournable

Le groupe Tata est passé à l’offensive dans les télécoms africaines, via sa filiale TCL. Sa stratégie ? Se positionner sur le marché global des entreprises et sur celui des grossistes et s’imposer dans le segment de l’Internet haut débit. Il détient déjà 56 % de Neotel en Afrique du Sud, sa principale implantation. « Nous avons été les premiers à offrir une alternative dans le fixe », indique Philippe Duguet, son directeur « strategic business development ». Et « lorsqu’on n’a pas de licence, on procède par partenariats, comme en Égypte avec Egypt Telecom et au Maroc avec Wana », ajoute le dirigeant. Au Kenya, TCL vient d’installer un point de présence IP d’accès au réseau avec Access Kenya, qui sera bientôt testé. Surtout, l’opérateur s’est investi dans les projets de câbles sous-marins Seacom et Wacs. « On n’est qu’au début de notre expansion », précise Philippe Duguet.

Fermer

Je me connecte