Mrs Manto et « Dr Betterave »

Par Jeune Afrique

L’ancienne ministre de la Santé, très critiquée pour son inaction contre le Sida, est décédée le 16 décembre.

Petite devinette. Une patate douce, un citron, une betterave, de l’ail et Manto Tshabalala. Ces légumes empêchent la distribution des antirétroviraux. Vrai ou faux ? Réponse : faux, le citron n’est pas un légume.

Pendant des années, Manto Tshabalala-Msimang, l’ancienne ministre de la Santé, décédée le 16 décembre, a été la risée de l’Afrique du Sud. Protégée de Thabo Mbeki, elle défendait les thèses farfelues de l’ancien chef de l’État sur le sida. À l’époque, influencé par des scientifiques « dissidents », il avait remis en question le lien entre VIH et sida et dénoncé l’utilisation des anti­rétroviraux, dont les effets étaient « pires que le mal ».

La ministre, en poste de 1999 à 2008, défendait l’idée qu’un régime à base, notamment, d’huile d’olive, de betteraves et d’ail pouvait freiner le développement de la maladie. Elle en avait gagné le surnom de « Dr Beet­root », Dr Betterave.

Victime d’une hépatite, Manto Tsha­balala-Msimang avait subi en 2007 une greffe du foie. Elle était en attente d’une nouvelle greffe quand elle est décédée.

Il y a peu, les Jeunesses communistes sud-africaines avaient estimé que l’ancien ministre de la Santé ainsi que Thabo Mbeki auraient dû être poursuivis pour « génocide ». « Elle a été l’un des désastres de l’Afrique du Sud post-apartheid », estime Mark Gevisser, auteur d’un livre sur Thabo Mbeki.

Toujours soutenue par le Congrès national africain (ANC), la ministre, décédée à l’âge de 69 ans, n’a jamais reconnu s’être trompée.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici