Léopold Sédar Senghor-Cheikh Anta Diop : la guerre idéologique

L'antagonisme qui oppose l'égyptologue Cheikh Anta Diop au chef de l'Etat Léopold Sédar Senghor est révélateur des tensions qui traversent la société sénégalaise lors des premières années d'indépendance.

Le 9 janvier 1960, l’égyptologue Cheikh Anta Diop soutient à la Sorbonne une thèse dans laquelle il compare les systèmes politiques et sociaux de l’Europe et de l’Afrique, de l’Antiquité à la formation des États modernes. Le jury lui attribue la mention honorable. En clair, cela signifie qu’il ne sera jamais professeur à l’université. Et il rentre au Sénégal où Léopold Sédar Senghor, son ennemi intime, est président.

"Destruction de la vraie culture africaine"

Tout oppose les deux hommes. Senghor parle de négritude alors que Diop prône la renaissance africaine à partir de l’héritage de l’Égypte pharaonique et la promotion des langues négro-africaines. Il traite Senghor et ses amis d’« écrivains africains de langue étrangère ». Et doute que leurs écrits soient la « base d’une culture africaine ».

Quand Senghor affirme que « l’émotion est nègre, la raison hellène », Diop dénonce « l’aliénation » de « nègres d’une haute intellectualité […] qui cherchent à codifier ces idées nazies d’une prétendue dualité du Nègre sensible et émotif, créateur d’art, et du Blanc fait surtout de rationalité ». Selon lui, Senghor se sert de la négritude « pour procéder à la destruction de la vraie culture africaine ». Et il s’assigne une mission : « Combattre l’inculture qu’entraîne la désinformation servie dans un pédantisme nourri et entretenu par le chef même de l’exécutif, un certain Léopold Sédar Senghor. »

Attaques politiques et… syntaxiques!

Senghor, qui qualifie cet antagonisme d’« opposition crypto-personnelle », le lui rend bien. Il lui ferme les portes de l’université et le confine à un poste de chercheur au sein d’un laboratoire de l’Institut fondamental de l’Afrique noire (Ifan). Sur le plan politique, il recrute les militants du Bloc des masses sénégalaises (BMS), le premier parti de Cheikh Anta Diop, qui se désintègre, et dissout également son deuxième parti, le Front national sénégalais (FNS).

Lorsque l’égyptologue fonde le Rassemblement national démocratique (RND), il ne reçoit pas l’agrément parce que « sans aucune identification aux courants politiques autorisés ». Senghor attaque Diop sur le plan syntaxique en suspendant la parution du journal Siggi, créé par ce dernier. Il affirme que le mot wolof siggi s’écrit avec un seul « g » et exige la correction de la faute. Mais Diop préfère changer de titre. Il en sera ainsi jusqu’au départ de Senghor du pouvoir, en 1980.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici