Sonatrach partie civile

Par Jeune Afrique

Après avoir, conformément à la convention collective (qui stipule que Sonatrach soutient, en toute occurrence, ses employés), chargé ses avocats, Mes Miloud Brahimi et Khaled Bourayou, d’assurer la défense de Mohamed Meziane, son ex-PDG mis sous contrôle judiciaire le 13 janvier pour mauvaise gestion, le groupe pétrolier algérien leur a brusquement demandé de se dessaisir de l’affaire. Il est vrai que la position de Sonatrach, principale victime des malversations révélées par l’enquête, était inconfortable : comment justifier devant l’opinion le versement d’honoraires aux défenseurs de cadres soupçonnés de malversations à son détriment ? Par ailleurs, le groupe devrait, dans les prochains jours, se porter partie civile, ce dont il s’était jusqu’ici abstenu pour de mystérieuses raisons.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici