Fermer

DSK inaugure une banque au Soudan du Sud

Par Jeune Afrique

L'ex-patron du FMI en visite au Soudan du Sud. © AFP

L'ex patron du Fonds monétaire international était à Juba les 13 et 14 mai pour inaugurer la National Credit Bank, une nouvelle institution financière du Soudan du Sud, dont l'actionnariat reste mal connu.

Mise à jour du 15/05/2013 à 13h07 : Nouveaux éléments sur l’actionnariat et le rôle de DSK.

Dominique Strauss-Kahn (DSK) a participé le mardi 14 mai à l’inauguration d’une nouvelle banque au Soudan du Sud, baptisée National Credit Bank. S’exprimant à Juba devant plusieurs centaines de personnes, l’ancien patron du Fonds monétaire international a donné sa vision de l’avenir économique du nouvel Etat, né en juillet 2011. « Bien sûr que vous avez beaucoup de problèmes à résoudre, bien sûr l’avenir ne va pas être facile, mais vous avez beaucoup de ressources, non seulement des ressources naturelles mais aussi des ressources humaines », a-t-il expliqué, selon Reuters. Selon l’AFP, DSK a été accueilli par le ministre sud-soudanais du Commerce Garang Diing à son arrivée à Juba et a indiqué qu’outre l’ouverture de la National Credit Bank, il étudierait les opportunités d’investissements au Soudan du Sud.

Depuis la fin de l’affaire DSK-Nafissatou Diallo, au cours de laquelle l’ancien ministre français avait été accusé de viol, DSK s’est reconverti dans le conseil et les conférences internationales. Il a fait part récemment de sa volonté de participer à des grands projets internationaux.

DSK au comité stratégique

Le détail de l’actionnariat de National Credit Bank n’a pas été précisément divulgué. Mais l’on sait que la holding luxembourgeoise Anatevka, dont les principaux représentants étaient à Juba, figure au tour de table. Récemment introduite à la Bourse de Paris, Anatevka est principalement active dans le conseil financier et l’investissement pour les grandes fortunes et les institutionnels. Fondée par le financier Thierry Leyne, cette structure est présente dans de nombreux pays, de la France à Israël. « Nous avons parmi nos clients des Sud-Soudanais d’origine qui souhaitaient investir dans leur pays, dans le secteur tertiaire, explique Thierry Leyne, joint par Jeune Afrique au téléphone. Nous les avons conseillés depuis 18 mois sur la création d’une banque avant de décider d’investir nous-mêmes dans le projet. Mais Anatevka est minoritaire, ce sont nos partenaires sud-soudanais qui sont très majoritaires. » Parmi ces derniers, Dawd Abute et Abdelkarim Eisa figureront au conseil d’administration de National Credit Bank.

DSK, de son côté, a accompagné l’aventure. « Dominique est l’un de nos amis et il connaît bien l’Afrique, souligne Thierry Leyne. Il s’est passionné pour le dossier et nous a conseillés. » Sans être au tour de table de la banque sud-soudanaise, DSK siégera, selon Thierry Leyne, au comité stratégique de National Credit Bank.

Le marché bancaire du Sud-Soudan intéresse de plus en plus d’investisseurs. A ce jour, les banques kényanes y sont les plus actives. « Avec cette nouvelle banque, nous souhaitons attirer les investisseurs étrangers, aider à la fluidité des projets et au financement de l’import-export, souligne Thierry Leyne. Et il y a aussi un formidable défi : développer la culture bancaire dans un pays où tout se fait en cash. »

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici