Fermer

Elucubrations ou révélations ?

Deux jours après sa libération, le site www.bakchich.info affirme que Pierre Camatte est un agent de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) française. Son argument : Bernard Bajolet, coordinateur national du renseignement, a déclaré, le 27 janvier, répondant aux questions d’un député sur les « agents de nos services retenus en otages » : « Nous avons actuellement huit otages. Un au Mali, Pierre Camatte, quatre au Soudan… » L’information révélée, l’Élysée dément. Interrogé par J.A., l’intéressé dénonce « les élucubrations d’un journaliste en mal de scoop ». Cette casquette aurait pu expliquer le déplacement à Bamako de Nicolas Sarkozy le soir de sa libération.

Divorcé, père de trois filles et grand-père, Camatte menait des activités de développement au Mali. Il y va pour la première fois en 1995 dans le cadre du comité de jumelage entre Gérardmer et Tidarmène (à 100 km de Ménaka). Prof de sport reconverti dans « l’insertion des jeunes », il s’y rend ensuite pour de brefs séjours. Puis, retraité, s’y installe à partir de février 2009. Dans le cadre de son association, Icare — dont il est quasiment l’unique bailleur –, il veut faire pousser une plante dans la région de Ménaka : l’Artemisia annua. Prise sous forme d’infusion, elle peut soigner le paludisme. Mais la zone aride de Ménaka n’est pas un terreau fertile. L’expérience est rapidement un échec. 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici