Fermer

Objectif 2015 pour l’industrie

Automobile, aéronautique, ­offshoring, électronique, textile, agroalimentaire : le Maroc n’est pas qu’une destination de villégiature, c’est aussi une terre d’accueil pour les investissements. Le rappel a eu lieu à Casablanca le 7 avril lors des premières Assises de l’industrie. L’occasion aussi d’un premier bilan du Pacte national pour l’émergence industrielle (PNEI) pour 2009-2015, signé à Fès en février 2009. L’enjeu : créer 220 000 emplois. Au menu des Assises, le développement des six grands secteurs industriels cités plus haut et l’état d’avancement des plates-formes industrielles intégrées, les fameuses P2I. À ce jour, elles sont une dizaine à avoir été lancées (dont la première : Kenitra Automotive City), elles seront 22 en 2015, occupant 2 000 hectares. La pénurie de profils (ingénieurs…) et la mise à niveau des PME comptent parmi les freins à lever. « Au terme de la décennie, l’économie du Maroc aura émergé en tant que plate-forme régionale de production et d’exportation vers l’Europe, l’Asie et l’Afrique subsaharienne », assure Othman Benjelloun, le président du groupe BMCE Bank. 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici