Objectif 2015 pour l’industrie

Par Jeune Afrique

Automobile, aéronautique, ­offshoring, électronique, textile, agroalimentaire : le Maroc n’est pas qu’une destination de villégiature, c’est aussi une terre d’accueil pour les investissements. Le rappel a eu lieu à Casablanca le 7 avril lors des premières Assises de l’industrie. L’occasion aussi d’un premier bilan du Pacte national pour l’émergence industrielle (PNEI) pour 2009-2015, signé à Fès en février 2009. L’enjeu : créer 220 000 emplois. Au menu des Assises, le développement des six grands secteurs industriels cités plus haut et l’état d’avancement des plates-formes industrielles intégrées, les fameuses P2I. À ce jour, elles sont une dizaine à avoir été lancées (dont la première : Kenitra Automotive City), elles seront 22 en 2015, occupant 2 000 hectares. La pénurie de profils (ingénieurs…) et la mise à niveau des PME comptent parmi les freins à lever. « Au terme de la décennie, l’économie du Maroc aura émergé en tant que plate-forme régionale de production et d’exportation vers l’Europe, l’Asie et l’Afrique subsaharienne », assure Othman Benjelloun, le président du groupe BMCE Bank.