Fermer

Wade-N’Dour : épilogue d’un bras de fer

Le 11 mai, le ministre de la Communication, Moustapha Guirassy, et Youssou N’Dour, propriétaire de Futurs Médias (son groupe de presse, qui compte le premier quotidien et la première radio privée du pays), ont signé la convention autorisant Télé Futurs Médias (TFM, dernière-née du groupe) à émettre. C’est l’épilogue d’un bras de fer qui opposait Abdoulaye Wade au chanteur et qui remonte à plusieurs mois.

Début 2009, Youssou N’Dour, qui vient de finir les installations de sa nouvelle télé, se heurte au refus de Wade de lui délivrer le permis de diffuser. Le chef de l’État lui reproche d’avoir une licence pour une télévision culturelle et de vouloir faire fonctionner une télévision généraliste. Une rencontre entre les deux hommes, en août 2009, se passe très mal. Le chef de l’État lance à son interlocuteur : « Même si Dieu descend, TFM ne diffusera pas. » Et s’entend répondre : « Vous n’êtes pas Dieu. »

Puis les positions se radicalisent. Pour riposter à ce qu’il perçoit comme une injustice, le chanteur multiplie les sorties publiques contre le régime, crée un mouvement citoyen pour le combattre et use de sa célébrité pour faire circuler une pétition qui recueille 1,7 million de signatures.

Le 1er mai, Wade déclare que TFM est financée par un homme d’affaires français qui veut le combattre pour avoir perdu des marchés au Sénégal. Démenti du groupe Futurs Médias. Puis, le 10 mai, après une médiation entreprise par le Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, Wade, en présence de son fils, le ministre d’État Karim Wade, reçoit Youssou N’Dour. Copies de chèques à l’appui, le chanteur prouve qu’il a lui-même financé sa télé. Et ajoute : « Du fait de l’implication de mon mouvement dans la future présidentielle, TFM restera culturelle, pour devenir généraliste au lendemain du scrutin. Je suis honnête et ne veux aucun mélange des genres. » Wade accepte le deal. L’incident est clos.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici