Fermer

Une ombre sur les champs de fleurs

Cueilleuse de roses à Naivasha (Kenya). © Reuters

Les principaux pays africains exportateurs de fleurs coupées ont perdu environ 15 millions d’euros pendant la fermeture de l’espace aérien européen provoquée par l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull le 14 avril dernier. Basée sur les importations néerlandaises – l’Europe est la principale destination des exportations de fleurs africaines et les Pays-Bas le premier marché européen –, une étude réalisée par l’International Trade Center relève que le prix de la fleur de gypsophile (utilisée dans les bouquets) est passé de 0,16 à 0,34 euro (+ 109 %) pour une chute de 45 % des volumes importés. L’Afrique du Sud a été la moins touchée par la crise avec 325 000 dollars de perte, une partie de la production ayant été vendue sur le marché local. Sur la semaine d’interruption, le plus impacté a été le Kenya avec 1 million de dollars par jour. L’Éthiopie et l’Ouganda ont subi une perte globale de 2,36 millions et 4 millions de dollars (fruits et légumes inclus). Enfin, la Tanzanie et la Zambie ont perdu respectivement 330 000 et 150 000 dollars par jour. L’Europe prévoit des compensations pour les compagnies aériennes, mais rien pour les producteurs africains, indique encore le document.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici