Fermer

Vie et mort au Zimbabwe

Petina Gappah, lauréate du Guardian First Book Award 2009. © Editions Plon.

Une femme assiste aux obsèques nationales de son mari aux côtés du président et de sa clique de zélés affidés. L’oraison funèbre ne manque pas de piquant, mais le cercueil est vide. Durant toute la longue et élogieuse cérémonie, elle se remémore la vie de son époux : des idéaux de cet ancien compagnon de la libération aux frasques conjugales de celui qui trouvait que « c’était du gaspillage de pénis d’être fidèle à une seule femme… », en passant par son accession à la sphère du pouvoir et son goût pour le faste. Tel est le fil conducteur de la première des treize nouvelles de la Zimbabwéenne Petina Gappah.

Dans Les Racines déchirées, cette jeune écrivaine brosse un portrait décapant du pays de Robert Mugabe. Au fil des his­toires défilent un vieux chef de l’État qui s’accroche ridiculement à son trône, une jeune fille qui épouse un homme dont les précédentes fiancées ont toutes été emportées par la « grande maladie au nom court », une population qui peine à joindre les deux bouts avec une « miche de pain coûtant un demi-million de dollars », des exilés en perte de repères… L’écriture de Gappah est limpide. Son humour cinglant, sa colère réelle et sa nostalgie profonde. Son recueil a fait un tabac dans le monde anglophone, avant d’être traduit dans plusieurs langues, dont le français.

Née en 1971 à Kitwe, en Zambie, Gappah a grandi à Salisbury – devenu Harare à l’accession à l’indépendance, en 1980. Elle voulait être journaliste, son père l’imaginait avocate. Elle a donc étudié le droit à l’université du Zimbabwe, avant de poursuivre sa formation à Graz (Autriche) et à Cambridge (Angleterre). À 38 ans, elle vit actuellement à Genève avec son fils, Kush, et travaille comme conseillère juridique auprès de l’Organisation mondiale du commerce pour aider les pays en développement. Mais sa passion reste l’écriture, pour laquelle elle manifeste un réel talent. Son premier roman, The Book of Memory, sera publié en 2011. Et elle est déjà en train de mettre la main au deuxième, une grande épopée à travers les différentes générations du Zimbabwe de 1945 à 2005.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici