Des microcentrales pour l’Afrique ?

Plusieurs pays africains seraient intéressés par le nucléaire, version miniature. © AFP

Après l'Inde, l'Afrique pourrait devenir un lieu d'expérimentation pour des micro-centrales fonctionnant au thorium, un métal fissile qui remplace l'uranium.

C’est dans une lettre adressée à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) que le ministère de l’Énergie et des Mines du Togo a demandé des informations sur Ten Consortium. Cette société, basée aux Pays-Bas et spécialisée, entre autres, dans l’énergie, est venue proposer à Lomé un réacteur nucléaire de nouvelle génération. Selon les informations recueillies par Jeune Afrique, il s’agirait d’un modèle réduit de centrale fonctionnant au thorium, un métal fissile qui pourrait se substituer à l’uranium, utilisé dans les centrales nucléaires classiques. À ce jour, seule l’Inde a expérimenté ce combustible. De l’avis des experts de l’AIEA, aucune centrale de ce type n’aurait encore été développée à l’échelle industrielle. Ten Consortium aurait pris contact avec d’autres États africains.