Fermer

Les services algériens dénoncent « l’incompétence » de l’armée malienne

Un soldat malien en patrouille dans le nord du pays. © Reuters

L'interception d'un camion-citerne par Aqmi, en plein combat dans le désert malien, est utilisée par les services de sécurité algériens pour attaquer l'armée malienne sur son "incompétence" supposée.

Le 18 septembre, en pleine bataille dans le désert malien, un camion-citerne est parti de Tombouctou pour ravitailler des unités mauritaniennes. Problème : il a été intercepté par des combattants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui l’ont siphonné avant d’y mettre le feu. Les islamistes savaient-ils, par des informateurs bien placés, que du ravitaillement aurait lieu ? En tout cas, le camion-citerne ne disposait pas de la moindre escorte. Et, aujourd’hui, les services de sécurité algériens s’emparent de cette histoire pour dénoncer « l’incompétence » de l’armée malienne.

Le 25 septembre, le patron de la sécurité algérienne, l’inamovible général Mohamed Médiène, alias Toufik, a dépêché dans la sous-région l’un de ses hommes de confiance, le colonel Ramtane Amari. L’officier s’est rendu au Niger et en Mauritanie, mais a « sauté » l’étape du Mali. Objectif : poser les jalons d’un futur sommet anti-Aqmi, qui se tiendrait non plus à Bamako, comme prévu initialement, mais à Alger.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici