Fermer

Mines : Areva, Eramet et les erreurs du passé

Par Jeune Afrique

Dans cette ville minière du Gabon qu'a été mis sur pied l'Observatoire de la santé de Mounana. © AFP

Comment concilier exploitation industrielle des matières premières et préservation des équilibres écologiques ? Irradiation, pollution des eaux, disparition de la pêche… Le rapport publié le 16 août par l’ONG Brainforest concernant les impacts de l’exploitation minière sur les populations locales et l’environnement dans le Haut-Ogooué (est du pays) rappelle aux opérateurs et aux pouvoirs publics que les erreurs du passé ont de lourdes conséquences, actuelles, sur l’environnement et la santé.

À Mounana, la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf), filiale du groupe français Areva, a exploité des gisements d’uranium pendant près de quarante ans. Alors qu’elle a cessé ses opérations en 1999, les zones de restriction correspondant aux différents sites de l’usine démantelée ne sont pas respectées. À Moanda, conséquence de l’exploitation du manganèse par la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), filiale du groupe français Eramet, les eaux de ruissellement sont chargées de résidus miniers et il n’est plus possible de pêcher sur la jadis poissonneuse rivière Moulili.

Dans le contexte de relance des investissements miniers, Brainforest tire la sonnette d’alarme et fait des recommandations. Elle demande notamment à l’État d’imposer désormais à toute compagnie voulant exploiter de l’uranium sur le territoire de créer un observatoire de la santé. Début septembre, l’État, Areva et le Collectif des anciens travailleurs et miniers de Comuf-Mounana (Catram) ont trouvé un accord pour créer l’Observatoire de la santé de Mounana (OSM), qui étudiera l’impact sanitaire des activités minières de la Comuf sur la santé et l’hygiène de ses anciens collaborateurs et des populations locales. L’assemblée générale constitutive de l’OSM se tiendra à Libreville, le 19 octobre, et son premier conseil d’administration, à Mounana, le 21 octobre.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro