Le Maghreb voit le bout du tunnel

La niche des voitures de luxe se porte bien. © Nicolas Fauqué/imagesdetunisie.com

Le marché de l’automobile affiche des résultats encourageants en Afrique du Nord, où les marques françaises, Renault en tête, restent les préférées des consommateurs.

Alors qu’en Europe le marché des voitures neuves enregistrait en octobre son septième mois de baisse d’affilée, le Maghreb affiche de meilleures couleurs.

Au pays du Jasmin, les ventes devraient atteindre 45 000 automobiles cette année, contre 33 000 en 2009, retrouvant le niveau d’avant la crise. « Malgré la hausse du prix des voitures et des carburants, les Tunisiens sont toujours nombreux à envisager l’acquisition d’un véhicule particulier nécessaire à leurs déplacements, compte tenu du faible développement des transports en commun », notait Ubifrance récemment.

Les résultats d’Artes (40 % du marché en 2009), distributeur de Renault, Dacia et Nissan, confirment l’embellie. Son chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de 2010 (175 millions de dinars, soit 92 millions d’euros) affichait une hausse de 64 % par rapport à la même période de l’an passé. Ennakl, numéro deux du marché, distributeur de Volkswagen, Audi et (depuis peu) Seat, enregistre aussi une progression de ses ventes, avec 9 556 unités écoulées de janvier à fin septembre, contre 7 131 durant la même période en 2009.

Au Maroc, le redressement est plus progressif. Après de fortes baisses en début d’année (– 11,4 % d’importations chez les concessionnaires fin avril), le marché des voitures neuves limite la casse avec un recul des ventes de 1,8 % (69 496 unités vendues) sur les trois premiers trimestres de 2010. Le groupe Renault truste les trois premières places du classement des modèles les plus populaires, avec en tête la Logan estampillée Dacia (25 469 ventes à fin septembre), chouchoute des classes moyennes.

La Centrale automobile chérifienne (CAC) figure parmi les concessionnaires qui ont bénéficié de la reprise du marché. L’entreprise, qui distribue la marque Volkswagen, réalise une belle performance grâce à une offre diversifiée allant de la citadine (Polo) au 4×4 (Touareg et Tiguan), en passant par la berline compacte (Passat et Golf 6). Un catalogue qui, associé à une politique commerciale attrayante, a permis à la marque allemande d’écouler 4 176 unités entre janvier et septembre. Peugeot, Ford, Mitsubishi, Suzuki et Honda tirent aussi leur épingle du jeu, alors que les coréens Kia et Hyundai voient leurs parts de marché (9 % des voitures importées) amputées respectivement de 36 % et 24 % sur les trois premiers trimestres. La niche des voitures de luxe se porte bien avec 722 ventes, soit presque autant que durant toute l’année 2009 (725 unités).

En Algérie, le choc de l’interdiction du crédit à la consommation pour l’automobile n’a pas encore été totalement absorbé. Néanmoins, depuis août dernier, les ventes de voitures neuves se redressent. La barre symbolique des 300 000 importations pourrait être passée à nouveau dès cette année, contre 269 018 en 2009. Le marché reste cependant loin du record de 2008 (352 315 véhicules importés). La palme de la progression en septembre revient à Volkswagen (+ 183,4 % par rapport à septembre 2009), suivi par Kia (+ 76,7 %) et Toyota (+ 55,6 %). Sur les neuf premiers mois de l’année, c’est en revanche Renault (+ 20,8 %) qui enregistre le meilleur résultat. Au moment où le groupe français réfléchit à implanter une usine en Algérie, ce plébiscite des consommateurs pourrait l’inciter à concrétiser ce projet.