Fermer

Parachutes dorés à la Cemac

Détail de l'acte additionnel adopté par les chefs d'État. © DR

Les membres de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) sont-ils sur le départ ? La rumeur continue de courir au siège de l’institution, à Bangui.

Le président Antoine Ntsimi (Cameroun), le vice-président Jean-Marie Maguena (Gabon) et les quatre commissaires – Jean Serges Wafio (Centrafrique), Bernard Zoba (Congo), Hassan Adoum Bakhit (Tchad) et Pedro Ondo Engo (Guinée équatoriale) – ignorent quand prendra fin leur mandat, mais les conditions de leur futur départ ont fait l’objet d’une décision de la Conférence des chefs d’État, dont nous nous sommes procuré copie.

Voir l’extrait du document

Daté du 25 février 2011 et signé par le président en exercice de la Conférence, Denis Sassou Nguesso, l’acte additionnel a des allures de solde de tout compte. Il prévoit le versement à chaque membre de la Commission d’une indemnité pour services rendus d’un montant équivalant à 30 mois du dernier salaire brut pour le président, à 20 mois pour le vice-président et à 15 mois pour les commissaires. À cette somme s’ajoutent des gratifications annuelles calculées sur la base de 2 mois de salaires par an, une indemnité de préavis (6 mois de salaire) et une prime spéciale forfaitaire de 2 à 4 mois, « à l’appréciation du président de la Commission ». Et ce n’est pas tout ! En cas de « rupture avant le terme de leur mandat pour toutes raisons autres que la démission », une indemnité compensatrice d’un montant équivalant à 12 mois du dernier salaire sera également versée. Faites le compte : un simple commissaire devrait toucher l’équivalent de 37 mois de salaire. Et le président, de 52 mois ! Vous avez dit parachute doré ? 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici