Fermer

Sénégal : Tyson, la chute d’un lutteur de légende

Le 31 juillet 2011 a été le jour où le mythe Tyson a pris fin. © D.R.

Après lui, la lutte sénégalaise avec frappe, le laamb, n'a plus jamais été la même. L'ancien champion de la discipline, Tyson, a livré l'un de ses derniers combats. Et il n'a pas tenu 30 secondes.

C’est souvent comme ça avec les mythes contemporains : la chute est cruelle. Le 31 juillet, à Dakar, dans un stade Demba-Diop archicomble, il n’aura fallu que trente petites secondes à Balla Gaye 2 pour terrasser Tyson, la légende vivante du laamb, la lutte sénégalaise avec frappe. Le temps pour le jeune prétendant d’asséner quelques coups de poing au vétéran de 39 ans, puis de lui infliger une prise fatale qui lui a fait manger le sable.

C’était le dernier match de la saison. Le plus attendu. C’était peut-être aussi le dernier de la carrière de Tyson. Dans la soirée, des fans en colère ont saccagé sa salle de musculation, à Pikine, dans la banlieue de Dakar. Certains ont même brûlé des tee-shirts à son effigie. Le lendemain, la presse parlait d’« humiliation ». Pour beaucoup, c’est « la fin d’un mythe ». De fait, un retour dans l’arène de celui qui en fut le roi incontesté entre 1995 et 2002, mais qui n’a pas remporté la moindre victoire depuis sept ans, semble bien utopique.

Tyson (Mohamed Ndao à l’état civil), né à Kaolack, restera à jamais la première star du laamb. Imbattable à ses débuts, il a révolutionné la discipline. C’est avec lui que la lutte est passée d’un sport traditionnel à un véritable show. Aujourd’hui, les lutteurs sont des businessmen qui engrangent des millions, les sponsors et les spectateurs sont de plus en plus nombreux, et les médias s’arrachent les droits de diffusion.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici