Facebook : african connection

Écrit par Mathieu Olivier


Le nombre des Africains inscrits sur Facebook a doublé entre janvier et juin. © AFP

Avec plus de 32 millions d’utilisateurs, l’Afrique – et en particulier l’Égypte, avec 8 millions d’inscrits – est de plus en plus présente sur Facebook. Mais si le nombre des utilisateurs égyptiens a augmenté de 62 % entre janvier et juillet, c’est dans le bassin du Congo que la croissance de ce dernier semestre est la plus forte. La hausse a atteint 130 % en RDC, 124 % au Congo-Brazzaville, 127 % en Guinée Équatoriale et 113 % en Centrafrique. Ces quatre pays comptent aujourd’hui plus de 900 000 inscrits, contre 400 000 il y a six mois.

Pour spectaculaire qu’elle soit, cette croissance est à relativiser, lesdits États ayant un retard important à combler. Le taux de pénétration du réseau social y oscille en effet entre 1 % et 2 %, contre plus de 4 % au Sénégal (environ 570 000 utilisateurs) et 10 % en Égypte. Il n’empêche : ce chiffre devrait continuer à grimper. L’effervescence qui a gagné les réseaux sociaux lors des révolutions arabes a suscité un engouement qui a toutes les chances d’être soutenu par l’arrivée de la fibre optique via le Rwanda, à l’est, et le câble sous-marin dans le golfe de Guinée. Cette avancée technique devrait permettre une forte augmentation du taux de connexion de la sous-région, dont les habitants pourront alors à loisir venir grossir le nombre des Africains inscrits sur Facebook, qui a déjà doublé entre janvier et juin.