Fermer

Union Africaine : l’ex-épouse de Zuma contre Ping ?

Jean Ping à l'hôtel Prince de Galles à Paris, le 14 janvier 2010. © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

L'actuelle ministre sud-africaine de l'Intérieur Nkosazana Dlamini-Zuma, par ailleurs ex-épouse de Jacob Zuma, serait la candidate de la zone australe du continent pour la succession de Jean Ping à la tête de la Commission de l'Union africaine. Mais le candidat gabonais contre-attaque. L'issue de cette compétition sera connue en janvier 2012.

La réélection du Gabonais Jean Ping à la tête de la Commission de l’Union africaine ne sera sans doute pas une simple formalité. Selon des diplomates en poste à Addis-Abeba, le président sud-africain, Jacob Zuma, souhaite en effet promouvoir la candidature de Nkosazana Dlamini-Zuma, son ex-épouse et actuelle ministre de l’Intérieur (elle détint le portefeuille des Affaires étrangères sous Thabo Mbeki et celui de la Santé sous Nelson Mandela). Celle-ci aurait déjà obtenu le soutien des chefs d’État de la zone australe. Ping, qui a senti le danger, est déjà en campagne. Le 7 septembre, à Paris, il a tenu une conférence de presse sur le thème « Union africaine : les défis de l’avenir », ce qui lui a permis d’évoquer son bilan. Le président Ali Bongo Ondimba, qui l’a reçu le 3 août à Libreville, a dépêché des émissaires auprès des principales organisations régionales afin d’appuyer sa candidature. L’élection du nouveau président doit avoir lieu en janvier 2012. Son mandat débutera un mois plus tard.

Nkosazana Dlamini-Zuma, le 9 septembre 2008 à Tunis, lorsqu’elle était ministre des Affaires étrangères d’Afrique du Sud.

© Fethi Belaid/AFP

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici