Fermer

Sida : la contraception hormonale, facteur de risque d’infection ?

Test de détection du sida, le 28 septembre 2009 à Abidjan. Test de détection du sida, le 28 septe © AFP

La contraception hormonale, notamment par injection, accroît-elle le risque d’infection du VIH/sida ?

Utilisée par de nombreuses femmes en Afrique sub­saharienne, la contraception hormonale favoriserait-elle l’extension du VIH/sida ? C’est ce que semble confirmer une étude menée par des chercheurs de l’université de Washington (Seattle) dans sept pays africains : Afrique du Sud, Botswana, Kenya, Ouganda, Rwanda, Tanzanie, Zambie. Destinée à évaluer l’impact de ce type de contraceptif sur le risque de propagation de la pandémie, l’étude a porté sur 3 790 couples hétérosexuels, dont l’un des conjoints était déjà malade. Au bout de deux ans, les chercheurs ont conclu que les femmes qui utilisent ce procédé (et notamment sous forme d’injection hormonale) ont deux fois plus de risques de contracter le virus du sida et que leurs partenaires sont eux aussi davantage exposés.

« Cela fait vingt ans que nous essayons de répondre à cette question, tempère le Dr Catherine Hankins, conseillère scientifique principale à l’Onusida. Certaines études établissent une corrélation entre le contraceptif incriminé et la contamination, d’autres pas. L’étude de l’université de Washington porte sur un nombre limité de femmes. En Afrique, hors contexte, ces conclusions peuvent être mal interprétées. » C’est pourquoi une conférence internationale aura lieu à Genève, en janvier 2012. Il s’agira, précise le Dr Hankins, « d’analyser toutes les données disponibles et de voir de quel côté pencher ».

Selon l’Onusida, en 2009, le taux de prévalence du VIH en Afrique subsaharienne était de 13 femmes infectées pour 10 hommes. La moitié des personnes vivant avec le VIH/sida dans le monde sont des femmes, et 76 % des séropositives se trouvent en Afrique.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici