Fermer

Tunisie : Salwa Smaoui élargit son horizon

Mariée à Nabil Karoui, patron de Nessma TV, Salwa Smaoui a échappé à des violences islamistes. © D.R.

L’ancienne directrice générale de Microsoft Tunisie, Salwa Smaoui, est désormais chargée de la publicité en ligne du groupe américain pour l’ensemble de la région Afrique et Moyen-Orient.

Depuis le 22 septembre, sa carrière dépasse les frontières. Nommée directrice régionale Advertising & Online de Microsoft pour l’Afrique et le Moyen-Orient, Salwa Smaoui est chargée de développer la publicité en ligne à travers les différentes solutions proposées par le groupe, dont MSN, Bing, Xbox Live ou Windows Phone. La mission va comme un gant à cette femme petite et menue, qui se dit « passionnée par ce que peuvent apporter les technologies aux médias » et soucieuse de « connecter les consommateurs à des contenus qui les intéressent ».

Matheuse

Originaire de Gafsa en Tunisie– son père travaillait à la Compagnie des phosphates de Gafsa –, cette matheuse part poursuivre des études d’ingénierie industrielle dans des universités américaines. Avec son expérience outre-Atlantique pour bagage, Salwa Smaoui entre chez Canal Horizons Tunisie, fait un détour par Alcatel, lance Fono pour le groupe Loukil et fonde Noor, une filiale du groupe Karoui & Karoui spécialisée dans les services interactifs (notamment le vote par SMS lors des jeux télévisés), avant de prendre, en 2006, la direction de Microsoft Tunisie. Pendant cinq ans, elle s’assigne le rôle d’ambassadrice de son pays au sein du groupe et vise le développement régional en implantant, dès 2009, des projets dans sa ville natale.

Pour certains, sa promotion est une mise au placard due aux indiscrétions de WikiLeaks qui ont révélé un accord conclu en 2006 entre Microsoft et Ben Ali dans le domaine du contrôle d’internet. Ce qui est certain, c’est que le couple qu’elle forme avec Nabil Karoui, directeur de Nessma TV, dérange par sa réussite. Salwa Smaoui vient d’échapper, avec ses deux enfants, aux représailles d’extrémistes religieux suite à la diffusion par Nessma TV, le 9 octobre, du film d’animation Persepolis, où quelques images représentent Dieu. Ni machiavélique ni angélique, cette experte en nouvelles technologies qui gère sa carrière tambour battant est, aujourd’hui, une femme meurtrie par la violence. 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici