Fermer

Cameroun : la Sonara achevée par les subventions

L'État aurait 335 millions d'euros d'arriérés envers la Sonara. © Baudouin Mouanda/JA

L'aide aux prix de l'essence est versée par l'Etat via la Société nationale de raffinage. Problème : le premier ne règle pas son dû au second...

« L’accumulation des arriérés envers la Sonara compromet la réputation fiduciaire de l’Etat », avertissaient Jean van Houtte et Samah Mazraani, économistes au Fonds monétaire international (FMI), le 13 mai dernier, lors d’un séminaire sur la subvention à l’énergie, à Yaoundé. Ils projettent ces arriérés à plus de 220 milliards F CFA en fin 2012 et évoquent « les difficultés financières » de la raffinerie camerounaise dont les comptes sont systématiquement passés au peigne fin à chaque mission du Fonds.

Sous-estimation

Alors que les cours mondiaux de l’or noir ont grimpé de 16% annuellement depuis une décennie, le gouvernement bloque les prix des carburants à la pompe depuis 2008 et prend en charge le surplus, sous la forme d’une subvention versée à la Sonara qui s’approvisionne au Nigeria et en Guinée Equatoriale. « Mais l’Etat ne payant pas régulièrement cette subvention, il s’ensuit de fortes tensions de trésorerie, qui pourraient entrainer l’arrêt de la raffinerie pour défaut de matière première », analyse un cadre maison.

Pour survivre, l’entreprise recourt aux banques. A cela s’ajoute la sous-évaluation du montant de la subvention. Son montant cette année est estimé à 400 milliards de F CFA, selon le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey. Or, 220 milliards de F CFA seulement ont été inscrits au budget.

Lire notre enquête sur les subventions

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro