Fermer

Tunisie : quand le lait fuyait vers la Libye

Les autorités ont décidé d'importer près de 5 millions de litres de lait depuis la Turquie et la Slovénie. © Nicolas Fauque/Images de Tunisie

Au cours de l'hiver 2013, 12 millions de litres de lait subventionné tunisien aurait été exportés illégalement vers la Libye.

« Du lait. ? Combien de bricks ? demande le vendeur de cigarettes, six ? D’accord mais vous me prenez aussi des yaourts… » L’hiver dernier, alors que les épiceries et  supermarchés ne comptait plus un seul centilitre de lait, certains petits malins avaient anticipé la pénurie se reconvertissant en vendeurs de produits laitiers, au prix fort. Depuis la révolution, le lait demi-écrémé fait à nouveau partie des produits subventionnés (même si le coup de pouce est modéré). La contrebande vers la Libye est la principale explication de cette pénurie, Mohamed Ben Salem, le ministre de l’agriculture estimait fin janvier que 12 millions de litres avaient été illégalement exportés vers ce pays.

Pour remédier à la situation, la période de basse lactation ne pouvant fournir qu’1,2 million de litres alors que la population en consomme quotidiennement 1,5 million, les autorités ont décidé d’importer, et de permettre au secteur privé d’importer, près de 5 millions de litres de lait (depuis la Turquie et la Slovénie). « La crise ne devrait pas se reproduire, estime Khalid Ben Abdallah, directeur du commerce intérieur au ministère du Commerce. La Libye a divfersifié sa filière d’importation, nous avons augmenté les quantités stockés, et la hausse du prix rend le lait tunisien moins attrayant. »

Lire notre enquête sur les subventions

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici