Fermer

Sayon Bamba, l’amazone de Conakry

Écrit par Patrick Labesse

« Liberté, liberté chérie ! » Pour Sayon Bamba, ce n’est ni un slogan ni un vœu d’idéaliste un peu exaltée. Bouillonnante d’énergie, cette jeune chanteuse guinéenne installée à Marseille se veut une femme libre. « Ma liberté, dit-elle, je la prends dans ma vie de tous les jours ; et je dis aux femmes africaines que c’est possible. »

Elle est née en 1976 à Conakry, d’une mère pharmacienne et d’un père pilote d’avion, qui travaillait pour Sékou Touré. Jusqu’à ce qu’il soit emprisonné sur un simple soupçon de complot. « À cette époque, ils enfermaient les gens pour un oui pour un non, commente Sayon Bamba. Mais à la maison, mes parents ne m’ont jamais retiré la parole. » On l’aura compris : c’est de sa famille qu’elle tient son franc-parler.

Après l’indépendance, Sékou Touré ne tolérant pas d’autre enseignement linguistique que celui des langues nationales, le seul moyen d’apprendre le français était d’aller à « l’école catholique des bonnes sœurs ». Ce que fait Sayon Bamba : « Pour pouvoir dire ce qu’on pense au “diable” [c’est ainsi que les anciens colons étaient désignés, à l’époque], il faut parler sa langue, disait mon père. »

Après un Deug de sciences et mathématiques, « pour faire plaisir à ses parents », Sayon Bamba impose son choix : la musique, le spectacle, et rien d’autre. Elle entre au Théâtre national d’enfants, intègre un temps le groupe des Amazones de Guinée mais refuse de devenir gendarme, comme tous les membres du groupe. Elle gagne alors la France.

Après un premier album autoproduit, Chansons des rues et des maquis, elle présente aujourd’hui Mod’vakance, coréalisé avec des musiciens marseillais et guinéens. Son métissé et textes en soussou, toma ou malinké. « Le bilan de ce pays est terrible : pas d’eau, pas d’électricité, vol de diamant, pillage de bauxite… Triste est l’avenir du peuple de Guinée », chante Sayon Bamba dans « Salimaoré ». Un des titres forts de Mod’vakance. La langue de bois, Sayon Bamba ne connaît pas. Elle avance, confiante, « protégée par les ailes de ses aînés ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici