Fermer

Côte d’Ivoire : Bolloré veut créer un hub de services pétroliers

Bolloré Africa Logistics mise sur la recrudescence d'explorations et de forages au large de la Côte d'Ivoire. © Bolloré Africa Logistics

De passage à Abidjan, Dominique Lafont, président de Bolloré Africa Logistics, a annoncé l'intention de son groupe d'investir plus de 20 millions d'euros dans la création d'un hub de services à l'industrie pétrolière offshore.

Malgré la polémique née autour de l’attribution de la concession du deuxième terminal à conteneurs (TC2) sur le Port d’Abidjan, le groupe français Bolloré Africa  Logistics poursuit ses investissements en Côte d’Ivoire. Après avoir investi dans un terminal pétrolier au Mozambique, Bolloré Africa Logistics s’apprête à lancer un projet d’envergure dans les services logistiques dédiées aux opérations pétrolières en offshore. Un investissement de 14 à 15 milliards de F CFA (entre 21 et 23 millions d’euros) est prévu d’ici la fin de l’année pour cette opération. « Notre objectif dans ce domaine est de faire d’Abidjan le hub des services pétroliers de la sous-région ouest-africaine. La recrudescence des explorations et forage nous incite à croire en la pérennité de cette activité », a expliqué Dominique Lafont, président de Bolloré Africa Logistics en visite de 24 heures à Abidjan.

Le train, aussi

Cette nouvelle infrastructure permettra d’approvisionner les plateformes pétrolières en mer dans toute la partie ouest africaine du continent. En Côte d’Ivoire, entre 2011 et 2013, environ 11 forages de puits ont été effectués dans le bassin sédimentaire. Le groupe Bolloré Africa Logistics a également annoncé son interêt pour le projet inter-Etats d’un tronçon de train de voyageurs et de marchandises entre de la Côte d’Ivoire vers le Niger et le Bénin. L’investissement serait de 1000 milliards de F CFA.

Lire aussi :

Bolloré : comment fait-il pour toujours l’emporter ?
Dominique Lafont, Bolloré : « Le vainqueur est celui qui y croit le plus »

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici