Fermer

Violentes manifestations à Antananarivo

Andry Rajoelina, à Antananarivo, en mars 2009 © AFP

Un rassemblement devant l’Assemblée nationale de Madagascar a été dispersé par les forces de l’ordre à l’aide de gaz lacrymogènes mardi matin. Les manifestants réclamaient la réunion du Parlement, initialement prévu par les accords d’Addis-Abeba.

Selon plusieurs témoignages concordants en provenance d’Antananarivo, les forces de l’ordre ont dispersé une manifestation à l’aide de gaz lacrymogènes devant le palais de Tsimbazaza, siège de l’Assemblée Nationale, mardi matin.

Le rassemblement réclamait la réunion du nouveau congrès, sur lequel s’étaient accordés tous les leaders le 7 novembre à Addis-Abeba.

Pas de "manifestations" selon la porte-parole de Rajoelina

Annick Rajaona, la porte-parole d’Andry Rajoelina, contactée par Jeune Afrique, a refusé de qualifier ce rassemblement de manifestations. « Il n’y a pas eu d’arrestations, les forces de l’ordre ont simplement éparpillé ceux qui lançaient des pierres », a-t-elle affirmé. Elle n’a pas nié l’usage de gaz lacrymogènes.

Ces évènements confirment le changement dans l’attitude du président de la transition, Andry Rajoelina, par rapport aux négociations entre les différentes mouvances politiques. Selon lui, les accords de Maputo et d’Addis-Abeba sont désormais "caducs".

Nouveau Premier ministre

Vendredi, le Premier ministre de « consensus » Eugène Mangalaza a été officiellement démis de ses fonctions, peu après son retour sur la Grande Île. Il a été remplacé dimanche soir par un militaire, le colonel Albert Camille Vital.

Andry Rajoelina a annoncé la tenue d’élections législatives pour mars 2010. « Nous attendons le verdict des urnes », s’est bornée à indiquer Annick Rajaona.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro