Économie

Les Etats-Unis sanctionnent l’économie malgache

Les salariés de l'usine de textile Flexknit, à capitaux néerlandais. © AFP

Barack Obama a confirmé la suspension de trois pays africains dont Madagascar du programme américain AGOA, qui favorise les échanges commerciaux avec l’Afrique. L’économie malgache, très dépendante de ce programme, en sera durement affectée.

Barack Obama n’est pas allé à l’encontre de son Congrès. A l’occasion de la révision annuelle de l’Africa Growth and Opportunity Act (AGOA), le président américain a confirmé la suspension de trois pays en crise : la Guinée, le Niger et, surtout, Madagascar, très dépendante de ce programme.

85% des exportations de textile vers les Etats-Unis

L’exclusion de l’AGOA est particulièrement dramatique pour la Grande Île qui avait su tirer partie de cette opportunité pour développer son industrie textile. Pas moins de 85% de ses exportations étaient jusqu’à présent réalisées vers les Etats-Unis dans ce secteur rendu dynamique par les investissements étrangers. Le relèvement des droits de douane (désormais entre 10 et 35%) pourrait être fatal à de nombreux ateliers de confection.

150 000 emplois en jeu

D’après le Groupement des entreprises franches et partenaires (GEFP) de Madagascar, 20 000 emplois directs et 150 000 indirects pourraient être détruits, dans un pays qui en a déjà perdu plus de 200 000 depuis le début de l’année.

Mais l’incapacité persistante des dirigeants politiques malgaches à s’entendre sur la transition a rendu le processus inéluctable. « Si d’ici le 15 décembre, il n’y a pas de gouvernement d’union nationale et consensuel, il n’y aura rien à faire », avait averti, sans succès, l’ambassadeur américain à Madagascar au début du mois.

L’Union Européenne menace elle aussi de suspendre son aide au développement à Madagascar (680 millions d’euros sur cinq ans). Des nouvelles de mauvais augure pour l’année 2010…

Fermer

Je me connecte