Fermer

Un cailloux (couteux) dans la chaussure de la Reine

La reine Paola lors de sa visite à Kinshasa, le 1er juillet 2010. © AFP

À Kinshasa, la Reine des Belges a reçu des bijoux somptueux. Des cadeaux qui font grincer des dents...

Lors de son séjour à Kinshasa pour la commémoration du cinquantenaire de la République démocratique du Congo, la Reine des Belges, Paola, s’est vu offrir des bijoux par le couple présidentiel congolais. Un cadeau pour le moins embarrassant qui fait les délices de la presse belge…

Lorsque le quotidien belge La dernière heure a fait état du somptueux cadeau reçu par la Reine à Kinshasa la semaine dernière, le Palais royal s’est empressé de préciser que la parure – un collier, des boucles d’oreille et un bracelet en « diamants et pierres précieuses » – serait propriété de l’État (tout en restant à la disposition de la famille royale).

Pendant ce temps, l’ambassade de la République démocratique du Congo a démenti l’information, arguant que le seul cadeau qui ait été offert par le président Kabila au couple royal – ainsi qu’à tous les autres invités – était une « montre à l’effigie du cinquantenaire ».

Malaise

Le Palais royal a finalement concilié les deux déclarations officielles. Oui, il y a bien un cadeau. Non, il ne vient pas du président Joseph Kabila… mais de son épouse Olive Lembe Di Sita.

De toute évidence, les deux pays ne sont pas très à l’aise dans cette histoire. Et la presse belge – en particulier néerlandophone – a pris un malin plaisir à égratigner les deux parties. Les scandales de corruption et de violation de droits de l’homme en RD Congo ont refait surface pour l’occasion.

Mais c’est encore la monarchie belge que ces révélations mettent le plus en difficultés. La presse mettant en avant l’indécence de son train de vie en cette période de disette. Après la poussée victorieuse des partis indépendantistes flamands aux dernières législatives, le roi Albert II n’avait pas besoin de ça.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici