La proclamation des résultats de la présidentielle prévue ce mardi

Décompte officiel des bulletins de vote de l'élection présidentielle, à Conakry le 29 juin 2010. © AFP

La Cour suprême guinéenne doit proclamer les résultats définitifs du premier tour de l’élection présidentielle guinéenne mardi 19 juillet, d’après un des conseillers.

Les magistrats de la haute juridiction guinéenne font durer le suspens. D’après le conseiller Robert Guilao, la proclamation des résultats définitifs ne devrait pas intervenir ce lundi comme prévu initialement.

12 recours sur 15

« Nous ne serons prêts que tard ce soir (lundi), c’est pourquoi il vaut mieux attendre demain », a-t-il déclaré à l’AFP.

Depuis la semaine dernière, la Cour se réunit quotidiennement, parfois jusqu’à une heure avancée de la nuit, pour analyser les dossiers de recours des candidats. « Nous avons reçu 15 dossiers et nous en avons déjà examiné 12 », a affirmé un haut responsable de la Cour sous le couvert de l’anonymat.

Le second tour, qui aurait dû se tenir dimanche 18 juillet d’après le calendrier électoral initial, ne pourrait être organisé moins de 14 jours avant la proclamation des résultats définitifs en vertu de la loi électorale.

Après un premier tour marqué par une très forte participation, les Guinéens ont attendu la proclamation des résultats dans le calme, à l’exception de certains supporteurs de Sidya Touré, arrivé troisième derrière Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé d’après les résultats provisoires. Sidya Touré a notamment accusé les partisans d’Alpha Condé de « bourrage d’urnes ».
Samedi soir, le Premier ministre de la transition, Jean-Marie Doré a affirmé que « des éléments incontrôlés » tiennent clandestinement des réunions dans l’intention de « provoquer des désordres et tenter de déstabiliser le processus en cours ».
 

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique