Fermer

Liaisons dangereuses à Mbabane

Le roi Mswati III a 13 épouses. © AFP/GETTY

Un roi extravagant, une reine qui se travestit en soldat pour rejoindre son amant, un ministre de la Justice ami d’enfance du souverain, des services secrets… Tout ce beau monde est au centre d’un vaudeville dont la révélation dans la presse embarrasse les autorités swazies.

« J’ai eu une discussion avec lui et il a tout de suite démissionné », a brièvement expliqué le Premier ministre, Sibusiso Diamini pour essayer de désamorcer le mini-scandale qui agite la dernière monarchie absolue d’Afrique. Le ministre de la Justice du Swaziland, Ndumiso Mamba, a quitté le gouvernement après avoir été accusé d’avoir entretenu une liaison avec l’une des 13 femmes du souverain.

L’information, qui s’est répandue dans la presse, embarrasse fortement le roi Mswati III, âgé de 42 ans et connu pour son style de vie extravagant. Celui-ci, selon le réseau de défense des droits de la presse qui milite pour des réformes démocratiques, veut identifier à tout prix l’origine de la fuite.

L’officier était une reine

Une source au palais royal a en effet affirmé que la reine Nothando Dube, douzième épouse du roi se déguisait en soldat pour rejoindre Mamba – ami d’enfance du roi – dans une chambre d’hôtel. « Depuis de nombreux mois la reine (Inkhosikati en langue locale) s’habillait en militaire quand le roi n’était pas là », précise cette source.

Comme dans un film, « elle s’habillait en uniforme et personne ne se demandait où allait ce soldat », raconte la source. Rapidement, une voiture embarquait « l’officier » et l’emportait vers des villas royales situées à une dizaine de kilomètres de la capitale, Mbabane. Un petit manège qui a perduré jusqu’à ce que, récemment, les tourtereaux soient pris en flagrant délit par des agents des services secrets lors d’un voyage du roi à Taiwan.

Le fautif pourrait être expulsé du petit royaume enclavé entre l’Afrique du sud et le Mozambique. Quant à la jeune femme, elle pourrait être assignée à résidence chez ses parents. Tous deux pourraient aussi être obligés de payer un troupeau de vaches. Tradition oblige… (avec AFP)

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici