Un albinos élu au Parlement, une première dans le pays

Par Jeune Afrique

Des enfants de la "Maison des Albinos" dans une province burundaise frontalière de la Tanzanie. © Stéphane de Sakutin/AFP

Un albinos a été élu député aux élections générales du dimanche 31 octobre  en Tanzanie. Une première dans ce pays où les personnes souffrant de cette maladie génétique sont victimes des pires discriminations.

Charmant message d’espoir pour toute personne atteinte d’albinisme que cette élection. Même si les résultats définitifs des législatives et présidentielle du dimanche 31 octobre en Tanzanie ne sont pas encore communiqués, on peut affirmer qu’un albinos a été élu député de la circonscription du Lindi-Centre (sud-est du pays).

Salum Khaltani Bar’wani, 51 ans, candidat  du parti d’opposition, le Front civique uni (CUF), a battu son rival du parti CCM au pouvoir (Chama Cha Mapinduzi, Parti étatique révolutionnaire, en swahili), Mohamed Abdoulaziz, qui tenait cette circonscription depuis 15 ans.

« Nous avons montré aux gens que nous étions normaux et que nous sommes comme tout le monde. Ils ont fait un choix avisé en m’élisant », a affirmé M. Bar’wani.


Dans un bureau de vote à Dar es-Salaam, dimanche 31 octobre.
© Emmanuel Kwitema/Reuters

Victoire contre les discriminations

En 2008, une albinos, Al-Shymaa Kway-Geer,  qui n’avait pas été élue mais désignée par le président Jakaya Kikwete, siégeait déjà au Parlement tanzanien sortant.

L’élection de cet albinos est  considérée comme une victoire pour les personnes souffrant de cette maladie. « Nous sommes heureux d’avoir cette année un albinos député. C’est une très bonne chose. Cela montre notre importance au sein de la collectivité », a réagi Ernest Kimaya, qui dirige l’association des albinos de Tanzanie.

« Auparavant, les gens ne croyaient pas qu’un albinos ou une quelconque personne handicapée pouvait avoir une telle possibilité sans bénéficier de sympathie ou être favorisée. Maintenant, ils pensent que nous pouvons y parvenir sans bénéficier d’une sympathie particulière », a commenté Salum Khaltani Bar’wani.

Les albinos souffrent d’une maladie génétique caractérisée par une absence de pigmentation de la peau, des poils, des cheveux et des yeux. Ils sont victimes de discrimination dans de nombreuses régions d’Afrique, et  particulièrement en Tanzanie où plusieurs dizaines d’entre eux on été tués ou démembrés en 2007.

Le député Bar’wani a indiqué qu’il consacrerait son mandat à aider sa circonscription à résoudre les questions de sous-développement auxquelles elle est confrontée, mais aussi à « plaider en faveur de politiques favorables aux personnes handicapées ». (Avec AFP)
 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici