Fermer

François Bozizé laisse sa chance à Martin Ziguélé pour la présidentielle

Le président centrafricain François Bozizé, le 22 septembre 2010 à l'ONU. © AFP

Le président sortant François Bozizé vient de réclamer à la Commission électorale indépendante de Centrafrique un délai supplémentaire pour le dépôt des dossiers de candidatures à l’élection présidentielle de 2011. Martin Ziguélé, qui avait rejeté le délai initialement imparti, devrait donc pouvoir concourir.

Nouveau rebondissement à Bangui : pour mettre fin à la polémique qui entoure le dépôt des candidatures à l’élection présidentielle du 23 janvier prochain, le président vient de réclamer un sursis à la Commission électorale indépendante (CEI). « Je demande tout simplement au président de la CEI de s’organiser pour que les dossiers de candidature en retard soient déposés afin que le processus électoral suive son cours », a déclaré le chef de l’État lors d’une réunion regroupant les membres de l’opposition et de la majorité.

Il répond ainsi à la colère des candidats de l’opposition qui s’étaient plaints de ce que le délai de dépôt des dossiers aient été raccourci et avaient menacé de ne pas aller aux élections. Le 19 octobre, la période de dépôt des candidatures – qui devait initialement courir du 8 novembre au 10 décembre – avait été avancée et sa clôture fixée au 8 novembre.

Jeu politicien

« Je ne me sens pas du tout concerné par le dépôt de candidature lundi à minuit, cette période est illégale », avait déclaré lundi 8 novembre l’opposant Martin Ziguélé du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC). Il avait alors déposé son dossier le 9 novembre en signe de protestation et « conformément au délai initialement prévu ».

Invité à la réunion lundi soir, Martin Ziguélé, Premier ministre de 2001 à 2003, a lancé au président : « J’en appelle à votre rôle constitutionnel, comme garant de la paix et de l’unité nationale. Je n’ai pas d’autres ambitions que d’aller aux élections. »

François Bozizé a tout de même tenu à répondre aux accusations de son potentiel concurrent, qui lui reproche d’avoir décidé de manière « unilatérale » d’anticiper la période de dépôt des dossiers. « Le mal ce n’est pas la CEI, c’est le jeu politicien. Pourquoi déformez-vous la vérité ? Vous allez tromper perpétuellement le monde comme ça ? Depuis un an vous n’avez pas déposé de dossier. Les autres l’ont fait », s’est-il insurgé.

Le 8 novembre, la CEI a reçu six dossiers, dont quatre ont été retenus pour être transmis à la Cour constitutionnelle, qui décidera de leur validité. Les candidats à l’élection présidentielle sont l’actuel président Bozizé, l’ancien président renversé par François Bozizé, Ange-Felix Patassé (1993-2003), l’ex-ministre de la Défense et chef de L’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) Jean-Jacques Demafouth ainsi que Justin-Innocent Wilité, du Congrès centrafricain de la renaissance (CCR).  (avec AFP)